Fiscalité des cessions de crypto monnaies. Régime applicable depuis le 1er janvier 2019.

Rédigé par Marc Uzan - - 10 commentaires

 

Important : les informations concernent les non professionnels. Les personnes considérées comme professionnelles des opérations sur crypto monnaies se verront appliquer une autre fiscalité (les gains issus d'une activité d'achat-revente d'actifs numériques exercée à titre habituel sont imposables dans la catégorie des BIC : décisions du Conseil d’Etat du 26 avril 2018 n° 417809, 418030 à 418033).

D’après l’article 150 VH bis du code général des impôts, les plus-values réalisées par les personnes physiques fiscalement domiciliées en France, directement ou par personne interposée, lors d'une cession occasionnelle à titre onéreux d'actifs numériques, et notamment de crypto-monnaies (Monero, Litecoin, Ripple etc.), sont passibles de l'impôt sur le revenu au taux de 12,8 % (auquel s'ajoutent les prélèvements sociaux au taux, à ce jour, en avril 2019, de 17,2%). Ce qui donne une imposition globale, à ce jour, en avril 2019, de 30%.

Les toutes petites cessions ne sont pas concernées : les contribuables sont exonérés d'imposition lorsque la somme des prix de cession n'excède pas 305 € au cours de l'année d'imposition.

Les gains liés à la vente de crypto-monnaies obtenus en contrepartie d’une activité de minage sont imposables dans la catégorie des BNC. Cela reste conforme à la doctrine administrative applicable depuis 2014, la dernière loi n’est donc pas venue apporter de nouveauté sur ce point.

 

Résumé :

Pour rappel : trader de crypto monnaies considéré comme professionnel : régime fiscal des BIC

Pour rappel : gain sur cession de crypto monnaies obtenues par des activités de minage : régime fiscal des BNC

 

Trader de crypto monnaies occasionnel : prélèvement forfaitaire unique de 30%. Ce taux s'applique aux opérations 2019, mais l'obligation déclarative démarre en 2020 (en 2020, vous déclarerez votre gain 2019).

 

Calcul des plus-values dans le cadre des ventes de crypto monnaies considérées comme occasionnelles

La plus ou moins-value brute réalisée lors de la cession est égale à la différence entre, d'une part, le prix de cession et, d'autre part, le produit du prix total d'acquisition de l'ensemble du portefeuille d'actifs numériques par le quotient du prix de cession sur la valeur globale de ce portefeuille.

Le prix de cession à retenir pour le calcul de la plus-value est le prix réel perçu ou la valeur de la contrepartie en biens ou services obtenue par le cédant, sous déduction des frais supportés par le cédant.

Le prix total d'acquisition du portefeuille d'actifs numériques est égal à la somme des prix acquittés en monnaie ayant cours légal à l'occasion de l'ensemble des acquisitions réalisées avant la cession, et de la valeur des biens ou services fournis en contrepartie de ces acquisitions (hors opérations d'échange ayant bénéficié du sursis d'imposition). La valeur globale du portefeuille d'actifs numériques lors de la cession est égale à la somme des valeurs des différents actifs numériques détenus par le cédant avant de procéder à la cession.

Il est possible voire probable que ces règles ne vous paraissent pas claires.

 

Voici donc un exemple de calcul concret.

 

Un contribuable achète en janvier 2019 dix ETH pour un montant de 1300 €.

Son portefeuille en janvier 2019 = 10 ETH

 

En mai 2019, il échange 5 ETH contre 10 LITECOIN. Cette opération est considérée comme intercalaire et n’est donc pas imposable.

En mai 2019 son portefeuille = 5 ETH / 10 LTC

En 2019, il n’a pas de déclaration fiscale à faire liée à ses revenus (il en a peut-être à faire liées à la détention de comptes en crypto monnaies à l'étranger, voir à la fin de l'article)

 

Le temps passe.

 

En décembre 2022, il cède 10 LTC pour un montant de 5000 €.

En décembre 2022 son portefeuille = 5 ETH

Prix d’acquisition du portefeuille avant cession = 1300 €

Valeur du portefeuille au moment de la cession en décembre 2022 = 5000 (prix de cession des 10 LTC) + 5 ETH valorisés à 4000€ (valeur théorique d’1 ETH en décembre 2022 de 800€)

=

9000 €

La cession des 10 LTC génère une plus-value de :

5000 – (1300 x 5000 / 9000) = 4278 €

Le 5000 représente le prix de cession des LTC

Le 1300 représente le prix d'achat total du portefeuille

Le 9000 représente la valeur totale du portefeuille au moment de la cession

 

Déclaration des plus-values sur ventes occasionnelles de crypto monnaies

Les redevables portent sur la déclaration annuelle de l'impôt sur le revenu le montant global de la plus ou moins-value réalisée au titre des cessions imposables de l'année.

Ils joignent à cette déclaration une annexe sur laquelle ils mentionnent et évaluent l'ensemble des plus ou moins-values réalisées à l'occasion de chacune des cessions imposables effectuées au cours de l'année ou les prix de chacune des cessions exonérées.

 

Déclaration des comptes de crypto monnaies ouverts à l’étranger

CGI art. 1649 bis C et 1736, X

Les personnes physiques, les associations et les sociétés n'ayant pas la forme commerciale domiciliées ou établies en France sont tenues de déclarer, en même temps que leur déclaration de revenus ou de résultats, les références des comptes d'actifs numériques ouverts, détenus, utilisés ou clos auprès d'entreprises, personnes morales, institutions ou organismes établis à l'étranger. L'absence de déclaration est sanctionnée d'une amende de 750 € par compte non déclaré, ou 125 € par omission ou inexactitude, dans la limite de 10 000 € par déclaration. Ces montants de 750 € et 125 € sont respectivement portés à 1 500 € et 250 € lorsque la valeur des comptes est supérieure à 50 000 € à un moment quelconque de l'année.

 

10 commentaires

#1  - Bitman a dit :

Excellent article avec surtout un exemple parlant.

#2  - Jean56 a dit :

Enfin un régime clair...On l'attendait.

#3  - Mana a dit :

La déclaration des comptes de crypto à l'étranger n'est pas obligatoire avant 2020.
Cf. la dernière ligne de l'amendement adopté : http://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/amendements/1255C/AN/2523

#4  - Marc Uzan a dit :

En effet, j'indique bien que le régime est celui applicable à compter du 1er janvier 2019. Le comptes détenus à compter du 1er janvier 2019 doivent faire l'objet d'une déclaration. Comme toujours, cette déclaration est faite l'année d'après, comme pour les revenus. Pendant la période déclarative 2020, donc. Mais merci pour votre commentaire, peut-être que l'article n’était pas assez clair sur ce point.

#5  - Mana a dit :

Je pense en effet que ce n'est pas clair et que vous faites une petite erreur. Les deux articles que vous avez copié ne font pas parti du régime applicable en 2019, ils ne seront ajoutés au CGI qu'en 2020 !
Donc si vous ne précisez pas que ce texte ne s'appliquera qu'en 2020, vos lecteurs ont toute raison de penser qu'ils doivent déclarer leurs comptes dès cette année. Sachant que la déclaration de la détention d'un compte de crypto n'a pas de raison d'être retardé de 6 mois comme la déclaration des revenus, même si les deux déclarations se font d'un bloc.

#6  - Marc Uzan a dit :

Je pense que votre commentaire fait suite au précédent mais j'y réponds quand même.
Vous avez raison l'article n'est peut-être pas suffisamment clair sur ce point déclaratif 2020, je vais enrichir l'article sur ce point, mais il reste important de bien comprendre le fond, applicable dès 2019, qui est selon moi le plus important (faire une déclaration n'est qu'un acte formel, ce qui compte surtout selon moi c'est quel est mon impôt et comment sera-t-il calculé, en gros, combien vais-je payer).
Pour résumer :
ces règles s'appliquent dès 2019
et les premières déclarations à faire seront en 2020.

#7  - Mana a dit :

Ok, il y a une précision dans la notice de la fiche de déclaration pour les comptes classiques à l'étranger (https://www.impots.gouv.fr/portail/files/formulaires/3916/2019/3916_2568.pdf) qui vient me contredire: "[...]sont tenues de déclarer, en même temps que leur déclaration de revenus ou de résultats, les références des comptes ouverts, détenus, utilisés ou clos à l’étranger **au cours de l’année au titre de laquelle les revenus ou les résultats sont déclarés (année n)**.
Donc effectivement, il s'agit bien de déclarer chaque année à partir de 2020 nos comptes actifs ou clos *courant l'année précédente*.
Je ne comprends pas pourquoi cette précision ne se trouve pas dans l'article du CGI.

#8  - Marc Uzan a dit :

Car, en fait, l'obligation de déclarer les comptes étrangers existe depuis longtemps et que la nouvelle règle n'a fait qu’étendre cette obligation aux comptes en crypto et que, depuis très longtemps, les comptes étrangers d'une année N, sont à déclarer en N+1. Cela parait très évident et habituel au fisc et aux avocats fiscalistes, mais, en effet, pas aux non professionnels. Comme toujours, malheureusement, les règles ne sont pas rédigées de manière claire et concrète pour une compréhension par des non professionnels.

#9  - Mana a dit :

Ça reste assez compréhensible, il est difficile de se remettre parfaitement dans la peau d'un profane et voir tout ce qui peut causer de l'incompréhension après avoir longtemps baigné dans un domaine technique.

Puisque vous répondez si bien, j'en profite pour vous demander votre avis sur quelques points qui restent flous pour moi et certainement pour d'autres qui passeront ici :

1) Pour les cessions en dollars – qui sont imposables si j'ai bien compris – quel prix indique-t-on ? Le prix converti en euros selon le taux de change €/$ au moment de la cession ?

2) Quand on nous demande la valeur en euro à un moment donné, soit du dollar comme dans la question précédente, soit celle globale de notre portefeuille de cryptos, où trouve-t-on le(s) taux de conversion qui permet(tent) de calculer cette valeur ? Parce que, pour autant que je sache, il n'existe pas un unique taux officiel à un instant T. Peut-être pour le dollar, je ne sais pas, mais en tout cas pas pour les cryptos.

3) Le Tether est-il considéré comme une crypto ? La définition d'actif numérique dit "une valeur [...] qui n'est pas nécessairement attachée à une monnaie ayant cours légal". Alors tout d'abord est-ce que "monnaie ayant cours légal" ne comprend que l'Euro ou également celles ayant cours légal à l'étranger comme le dollar ? Et si ça inclut le dollar, est-ce que le Tether est "nécessairement attaché au dollar" et donc ne rentre pas dans la définition de crypto ?
Si vous ne connaissez pas bien le fonctionnement du Tether : on peut acheter et revendre un Tether contre un dollar (par paquets de 100k minimum) auprès de la société qui les émet via le site tether.to, ce qui maintient le prix autour du dollar sur les plateformes d'échange où son prix est libre.

4) Pour les plus-values de 2018 que l'on va devoir déclarer cette année, quelle version de la loi applique-t-on du coup ?

Merci beaucoup !

#10  - Marc Uzan a dit :

Je ne peux répondre à toutes ces questions, qui sont néanmoins pertinentes et qui feront l'objet d'un article à venir que je suis en train d'écrire.
Concernant le point 4, selon moi nous sommes sur l'ancien dispositif : plus-values des particuliers sur biens meubles (attention, les déclarations de PV sur biens meubles ne sont pas faites en N+1 via la déclaration classique de revenus annuelle, mais via le formulaire 2048M).

Fil RSS des commentaires de cet article

Écrire un commentaire

Quelle est la dernière lettre du mot ychnwi ? :